Témoignage de Delphine

38 ans, assistante sociale

 

J’ai commencé ma thérapie avec Sandrine en 2009, j’avais tout juste 32 ans, après une séparation douloureuse et des questionnements sur mes relations amoureuses en général, mais également ma relation à ma famille, mes parents , mes amis… J’avais déjà travaillé en psychothérapie, psychanalyse… Ces thérapies successives m’ont aidé à comprendre, à analyser mes actes, mes comportements mais à mon sens tout cela était beaucoup trop mentalisé et peu intégré.

Sandrine est donc venue sur mon chemin à ce moment de ma vie où une introspection profonde était nécessaire. J’ai travaillé « en équipe » avec Sandrine durant 3 ans.

Je dis souvent que le travail avec Sandrine m’a permis de planter des graines et qu’aujourd’hui je peux gouter, savourer les fruits de ces graines et en apprécier la richesse….

Sandrine a clairement une approche humaniste, emphatique de l’autre ;  je me suis très vite sentie à l’aise car elle n’est jamais dans le jugement et reste également très pragmatique.

Elle utilise diverses techniques ( hypnose, sophrologie, PNL, analyse transactionnelle, etc..) dont elle se sert pour aider l’autre à avancer mais elle permet également au patient de se saisir de ces outils pour être le plus autonome et créatif dans sa thérapie et son chemin vers son « « nouveau Soi ». Elle s’adapte à l’autre et lui propose l’outil le plus adapté.

Cette diversité dans les techniques et approches sont d’une grande richesse car elles m’ont permis de « naviguer » plus aisément dans ma thérapie.

En effet, le travail sur soi n’est pas forcément toujours évident, il y’a des moments de gros doutes, remises en question, puis des moments où l’on saisit le travail effectué et où l’on intègre les choses et durant lesquels on sent que l’on a avancé.

Cependant, lors des moments plus difficiles Sandrine a su manier ces différentes méthodes pour m’apaiser, me sécuriser et permettre l’intégration en douceur, ce qui m’a permis de continuer et de ne pas abandonner le travail en cours…

Par ailleurs, l’hypnose et la sophrologie m’ont fait accéder à des niveaux de conscience, des expériences fortes que je n’aurais pas pu vivre autrement : par exemple lors d’une séance d’hypnose j’ai pu parler à mon enfant intérieur et apaiser des souffrances de l’enfance dont je n’avais plus conscience mais qui guidaient encore certains de mes comportements…

Enfin, j’ai vu les résultats de ce travail en profondeur mais également en douceur dans ma réalité, Sandrine a su me refaire prendre confiance en moi.

Elle m’a permis d’expérimenter la vie sans peur ni auto jugement et de mettre en œuvre mes envies les plus profondes ; un des exemples les plus frappants pour moi est le fait d’avoir pu développer à nouveau mon art ( la peinture) et d’avoir même fait plusieurs expositions et vendu des toiles depuis.

J’étais en effet beaucoup dans le fantasme avec, comme beaucoup, des peurs de mettre en œuvre mes désirs dans la « vraie vie ».

Suite à ce travail sur moi, j’ai pu orienter différents amis, connaissances vers Sandrine et je vois également la manière dont ils avancent et dont ces outils et l’humanisme de Sandrine leurs permettent de se retrouver, de dépasser leurs peurs, leurs douleurs.

Ce travail avec Sandrine est maintenant intégré pour moi. Il reste très présent dans ma vie, c’est pour moi une base, une façon de penser, de me comporter. La pensée est créatrice et Sandrine m’a guidé avec tout son savoir-faire, son savoir être, le temps nécessaire pour me permettre désormais d’être actrice de cette pensée et de ma vie.

 

Témoignage de Chantal

65 ans, Retraitée, mariée, mère de famille

 

J’ai rencontré Sandrine SARRAILLE en 2010. J’avais déjà, les années précédentes fait un travail sur moi avec des approches d’ordre Psychothérapie à visée psychanalytique et Psychotérapie transgénérationnelle

Je désirais depuis longtemps avoir une approche du style psychothérapie avec hypnose, cela n’avait pas pu se faire. Je suis de celles qui pensent que quand une rencontre doit se faire elle se fait, pas toujours quand on l’a décidé, mais plutôt quand nous sommes prêts.

J’identifie deux approches ; la psychothérapie dite de première urgence, où l’on traite les souffrances les plus apparentes, et ensuite un autre chemin s’offre à vous, car un début d’apaisement s’est installé, et nous pouvons, si nous le désirons, si nous en ressentons la nécessité continuer un travail de façon différente.

Je dirais que là, nous nous situons plus dans la connaissance, dans l’apprentissage, ce qui offre une autre dimension, une autre ouverture d’esprit, qui ne finit jamais d’ailleurs.

D’emblée ce que j’ai ressenti lors de ma première séance avec Sandrine, c’est un sentiment de confiance et surtout de liberté, de faire ou ne pas faire, de continuer à revenir ou bien d’arrêter cette nouvelle thérapie.

Je savais qu’en revenant je travaillerai autrement, pour apprendre, comprendre, réparer de façon différente avec des méthodes que je ne connaissais pas mais qui semblaient me correspondre.

Je n’ai jamais eu à regretter mon choix.

Séance après séance des outils m’ont permis de travailler en profondeur, d’aller ou j’avais peur d’aller.

Une confiance s’était installée, une curiosité était née à mon plus grand profit.

La sophrologie pour apprendre à me relaxer, à m’appartenir, laissé venir les émotions, ne plus les éviter, les accueillir pleinement. Chaque semaine et entre chaque séance j’écoutais mes enregistrements audio, quelque fois sans savoir pourquoi celle là et pas l’autre, c’était bien, à ce moment-là.

L’hypnose pour aller encore plus en profondeur, séance qui était adaptée pour moi, par rapport à mon vécu, à celle que j’étais à ce moment-là.

Sandrine savait toujours m’accueillir là où j’étais, et savait me guider de façon subtile pour aller là où je désirais aller sans jamais savoir comment et pourquoi.

Avant les séances, il m’arrivait de me dire « mais qu’est ce que je vais dire aujourd’hui » et puis dans la salle d’attente, les idées arrivaient, la machine était en route de façon incroyable, je savais ce que j’allais aborder.

Et de façon « magique » je constatais que dès les premiers échanges, Sandrine était entièrement au diapason avec moi, ce pourquoi j’étais là.

Bien des fois je me suis dit « mais c’est incroyable ça, comment peut elle savoir où j’en suis, ce pourquoi je suis là ».

Ces séances étaient fortes, puissantes ; je sentais mes peurs reculer de plus en plus.

Ce que j’ai aimé par-dessus tout avec Sandrine, c’est cet immense respect de la personne et cette croyance inconditionnelle qu’elle avait de mes capacités et de mon savoir enfoui.

J’ai appris avec elle à me faire confiance, à accepter mes parts « d’ombre » à les aimer, j’ai appris à me comprendre, à me consoler et à m’aimer.

J’ai choisi avec elle de pardonner, de comprendre de tourner des pages, de régler des problèmes que je ne pensais même pas encore actifs en moi.

Ces prises de conscience allaient toujours avec un renforcement de mon estime de moi.

Quelque fois, c’était allongé sur le divan, au début, puis ensuite c’était plus en face à face.

La transformation se faisait. La souffrance repérée, les causes de celles-ci élaborées puis les séances d’hypnose qui s’adressaient à mon « moi » qui se « renforçait » au fur et à mesure des écoutes, me poussant toujours plus à me révéler, toujours avec une écoute bienveillante, portante et objective.

Le travail que nous avons fait ensemble est un travail global dans toutes mes dimensions (corps, cœur, esprit) en respectant mon passé, en l’accueillant, en voyant les progrès journaliers ; les rapports avec mon entourage se mettaient à changer, la compréhension de mes comportements, de ma place dans ma famille actuelle celle d’aujourd’hui et celle d’hier tout était prise en charge.

L’enfant que j’avais été, la jeune femme que j’avais été, la maman, la femme, la sœur, la fille, l’amie, la patiente aussi, tout était mis au grand jour, tout s’éclaircissait à chaque rencontre, me poussant à des interrogations, à de la compréhension.

Je ne pense pas que j’aurais pu faire ce formidable travail sans la sensibilité, l’humanité de Sandrine, sa façon qu’elle a eu de me présenter les bons « outils » (mais je n’aime pas ce mot, il ne me convient pas trop), pour avancer, toujours au bon moment, quand il le fallait, jamais avant, jamais après, juste là.

L’enfant intérieur, l’analyse transactionnelle, l’approche centrée sur la personne dans le plus grand respect, et je dirais dans une grande puissance qui m’a permis d’explorer, de comprendre, d’agir et quelques fois d’accepter que les choses puissent changer et d’autres fois non, et que c’est peut être bien aussi.

Ce travail s’est fait à deux, il tient autant à mon envie que j’ai eu à me dépasser, à me connaitre, qu’ au désir de Sandrine qui ressentant ce besoin, a su tout au long de ces séances renforcer ce qui prenait forme, mon estime de moi, elle a rencontré la petite fille que j’étais et lui a tendu la main pour que la femme que j’étais puisse venir à elle et la réconforte.

Elle a fait parler l’enfant que j’étais qui était en souffrance et qui pouvait s’exprimer enfin, qui a su pardonner, et garder en pleine conscience ce qu’elle voulait garder.

Elle a fait évoluer la femme que j’étais dans un accomplissement qu’elle savait, et que moi j’ignorais ou ne voulait pas voir.

J’ai beaucoup écouté les enregistrements audio d’hypnose personnalisés et je les écoute encore.

Elle m’a donné l’envie et la possibilité d’être moi.

Et je reprendrais une phrase connue dorénavant « sa voix m’accompagnera » car le chemin continue il ne se finit jamais et c’est bien ainsi…