TÉMOIGNAGES
SÉANCES DE PSYCHOTHÉRAPIE PAR VISIO CONFÉRENCE

JULIE G, Guyane française

Mon premier contact avec Sandrine fût un mail puis rapidement un skype. Pratique pour prendre rdv tout en testant chez soi d’autant plus qu’avec le décalage horaire de Guyane, il m’était plus simple de démarrer une thérapie ainsi.

J’ai eu un doute avant ce premier rdv quant au ressenti face à l’écran, pourtant dès les premiers instants, je me suis sentie comme face à Sandrine. Finalement, j’étais d’autant plus concentrée ainsi.

Ces quelques mois passés me font me découvrir et me permettent de me comprendre, de trouver les mots. Différentes tranches de vie sont abordées et Sandrine me donne des clés pour déverrouiller certaines situations.”

AUDREY C, Nouvelle-Calédonie 

« J’ai rencontré pour la première fois madame Sarraillé il y a plusieurs années dans son cabinet de Nouméa. Mes consultations avec elle se sont terminées, et dans la foulée elle quittait le territoire. A ce moment-là, une de mes connaissances continuait à la consulter à distance, cela m’avait interpellé, ça me semblait… inconfortable.

Pourtant dernièrement, j’ai eu besoin de la consulter à nouveau et la seule alternative possible était via visio sur mon téléphone !!! 

Les premières secondes passées pour apprivoiser cette nouvelle façon de rencontrer ma thérapeute, la séance a commencé ; et comme par magie, c’est comme si nous étions dans la même pièce. J’ai très vite oublié qu’une grande distance nous séparait. Je m’étais fait tout un monde d’une séance par visio conférence, mais rien ne manquait. Le visuel, la gestuelle, la parole, et l’attention sont primordiales lors de ces échanges et j’ai pu retrouver tout cela.  

Quelle chance de pouvoir bénéficier de séances malgré la distance !!! 

J’ai conseillé les services de Madame Sarraillé à une personne la semaine dernière, elles se trouvent à des centaines de kilomètres l’une de l’autre, mais pour autant une séance est possible. 

C’est pratique et le règlement se fait en 2 clics ! » 

PATRICIA D, Guyane française 

« Ne pouvant plus me suivre pour raisons personnelles, mon ancienne thérapeute m’a orientée vers Sandrine qui pouvait me suivre en séance via skype.

L’idée de pouvoir continuer ma thérapie en visioconférence ne m’a pas heurtée. En effet, une amie avait eu le même suivi 15 ans auparavant alors qu’elle habitait en Algérie. C’était une bonne alternative et je trouvais l’idée pratique pour plusieurs raisons. Dans les DOM TOM, tout le monde se connait plus ou moins et j’avais au contraire besoin d’anonymat, du fait de la situation que je vivais, et du fait de ma profession.

Nous avons pu convenir par mail d’une première entrevue pour savoir si le travail thérapeutique correspondait à mes attentes. J’ai tout de suite été mise en confiance. Sandrine a été bienveillante ; elle a respecté mon rythme, m’a soutenue mais a su aussi me bousculer à des moments opportuns.

La séance d’une heure est vraiment intéressante pour progresser et Sandrine a pu s’adapter en fonction de nos emplois du temps respectifs et du décalage horaire.

Le petit plus, c’est que Sandrine peut proposer différentes manières d’aborder les séances en fonction de mon état et de mes ressentis.

Elle m’a permis de gérer mes émotions par l’accès à des séances de sophrologie et d’hypnose adaptées.

Devant la progression réalisée, je conseille ce mode de prise en charge à distance surtout quand l’offre d’accompagnement est restreinte. Et si certains peuvent douter de l’effet distance, le fait de se voir mutuellement par l’intermédiaire d’un ordinateur ou d’un téléphone portable n’enlève rien à la thérapie par rapport à une thérapie en présentiel.

Lancez-vous ! Je vous assure vous ne serez pas déçu. »

DELPHINE T, quelque part entre la Nouvelle-Calédonie et l’Inde

Voilà une dizaine d’années, j’ai commencé un travail thérapeutique avec Sandrine dans son cabinet en Nouvelle-Calédonie.

Une expérience inoubliable, enrichissante qui m’a fait énormément grandir et qui m’a ouvert des portes sur ma vie. Sont nés des changements de carrière, la rencontre de mon mari. Suite à ce suivi je suis devenue sophrologue moi-même puis artiste peintre, que de belles ouvertures pour mon âme et un développement personnel extrêmement enrichissant. Depuis 4 ans maintenant je suis nomade, je parcours le monde et principalement l’Inde avec mon mari.

L’an dernier, j’ai traversé une période difficile et j’avais de nouveau besoin d’un accompagnement mais comment trouver le bon thérapeute adapté à mes besoins ?

Sandrine a été une évidence mais avec la distance qui nous séparait je doutais de la qualité du suivi, non pas des compétences de Sandrine mais d’un suivi sur internet, de surcroit depuis l’Inde où la connexion internet est parfois incertaine.

Malgré tout nous avons commencé un suivi, toutes les semaines qui a duré 6 mois. A ma grande surprise, le suivi à travers l’écran de l’ordinateur s’est passé avec beaucoup de facilité.

Sandrine a une écoute, une compassion et possède une immense “boite à outils thérapeutiques”. Toutes ces qualités m’ont de nouveau permis d’avancer, de m’apaiser et d’évoluer sur ce nouveau chemin.

Nous parlions environ une demi-heure, parfois un peu plus et elle m’envoyait ensuite des séances de sophrologie enregistrées que j’écoutais seule. Ce suivi à distance permet vraiment une autonomie mais également un soutien. 

Je recommande vivement le travail avec Sandrine que je conseille régulièrement à toutes les personnes qui me sollicitent lorsqu’elles cherchent un bon thérapeute, au- delà des compétences dont je viens de parler Sandrine est une humaniste et passionnée, elle permet réellement d’ouvrir les portes des limites que l’on se crée soi-même avec beaucoup de compassion.”

JUSTINE G, Canada

« Il y a deux ans j’ai quitté mon pays pour partir étudier ailleurs. Je consultais depuis à peu près 2 ans dans mon pays. Seulement quand j’ai déménagé ailleurs je n’étais pas arrivée à un point où je voulais arrêter les séances de psychothérapie et il m’était encore moins possible de trouver quelqu’un d’autre dans mon pays actuel. 

J’avais donc envie de continuer mes séances avec la même personne. Sandrine m’a donc proposé de prendre un rendez-vous par skype. Alors au départ, j’avais cette petite appréhension de me dire que ça n’allait pas être pareil. Effectivement, ça ne l’était pas car je n’étais plus dans son bureau physiquement. J’avais peur de ne pas être aussi à l’aise parce que je considérais son bureau comme un endroit où je pouvais tout confier et en y sortant tout restait là-bas. Voilà c’était donc mes appréhensions.

Lors de mon premier rendez-vous, je me suis mise à l’aise seule chez moi comme je pouvais le faire dans son bureau et même plus, car là j’avais même la possibilité d’avoir mon petit café pendant la séance. Et finalement, au fur et à mesure de la séance toutes mes appréhensions ont disparu. Sandrine a fait en sorte que tout soit pareil, que rien ne semble si différent et la facilité que je pouvais avoir de me confier dans son bureau est revenue. 

Avec cette modalité d’accompagnement à distance j’ai trouvé des avantages comme celui de pouvoir prendre un rendez-vous par message et d’en avoir un 2 jours après ou même le lendemain de ma demande. Je n’ai plus vraiment besoin de prendre mon rendez-vous des semaines à l’avance. Ainsi je peux consulter quand j’en ressens le besoin car je sais que j’aurais la plupart du temps une réponse rapide. 

C’est aussi un avantage au niveau des déplacements.

Lorsque j’étais dans mon ancien pays et que je devais aller à mon rendez-vous ça me prenait plus de temps dans mon emploi du temps avec les déplacements etc… Tandis que là, j’ai juste à me fixer une heure chez moi et après ça je n’ai pas de temps perdu dans les déplacements et je peux vaquer à mes occupations directement

Plus en général c’est un soutien énorme que je n’avais pas envie de perdre en partant de chez moi et je trouve cela génial que Sandrine m’ait offert cette possibilité là car quand je suis partie de chez moi, c’était vraiment quelque chose qui m’attristait de ne plus pouvoir aller chez ma psychothérapeute.

J’ai juste une expérience positive avec cette modalité que je recommande fortement aux personnes qui voyagent ou qui doivent quitter leur pays pour longtemps et je compte bien continuer à faire des séances à distance autant que je le peux. » 

LAURENCE P, Nouvelle-Calédonie

« J’étais auparavant suivie en psychothérapie par Sandrine, à son cabinet. Aujourd’hui que nous sommes éloignées géographiquement, je ne souhaite pas changer de thérapeute et je suis soulagée de toujours pouvoir continuer à faire appel à elle lorsque j’en ai besoin, grâce à l’accompagnement à distance. Il suffit de s’assurer d’avoir une connexion correcte et de ne pas être dérangé (se trouver dans un endroit où on peut parler sans être entendu pour préserver l’intimité de l’échange). La qualité de la relation avec la thérapeute est la même.

C’est une solution qui me convient puisque je peux garder le contact avec Sandrine en lui demandant un rdv si besoin et que cela me rassure, même étant dans deux pays différents aujourd’hui. »

LEONIE C, France

« J’apprécie beaucoup l’accompagnement à distance avec Sandrine puisqu’elle est très attentive et calme. Avec elle, je n’ai pas peur de dire quelque chose de mal ou de la blesser, puisque par exemple si je me confie à ma mère ou à un(e) ami(e), ça peut arriver que j’ai peur de les blesser alors qu’avec Sandrine ce n’est pas le cas. 

Elle aide à trouver des solutions, propose des moyens de se libérer de sentiments enfouis ; certes ce ne sont pas des moyens magiques qui fonctionnent en un claquement de doigt mais ça permet de s’engager sur un chemin de « guérison ».

De plus, elle ne nous oblige pas à faire des actions qu’elle propose, mais c’est vraiment si on veut le faire et on le fait quand on veut. Il n’y a pas de pression, ce n’est pas un devoir. 

Enfin, le fait de pouvoir faire cet accompagnement par vidéo, c’est très pratique car on peut rester tranquillement chez soi, on n’est pas obligé de se déplacer. Surtout quand le déplacement est compliqué à mettre en place, comme par exemple avec le confinement ou même si on est dans des villes voire pays différents. Puis, je ne pense pas que beaucoup de personnes seraient prêtes à faire des heures de voiture pour un rdv, en plus en France ce n’est pas comme si les villes étaient proches les unes des autres comme les petites îles d’Outre-Mer.

Personnellement je n’ai pas rencontré de problème avec cette méthode d’accompagnement que j’apprécie beaucoup. »

MATHILDE F, Nouvelle-Calédonie

“Les séances d’accompagnement à distance m’ont été proposées la 1ère fois par ma thérapeute car elle n’était pas sur le territoire au moment où je l’ai contactée.

Ce ne fût pas une situation bloquante pour moi car le plus important lors d’une séance c’est l’échange en direct avec “sa thérapeute”.

Ma première expérience eut lieu sur mon lieu de travail très tôt le matin (vers 6h00). Puis j’ai renouvelé cette pratique chez moi dans ma chambre (vers 18h00), mes enfants étant chacun vaqué à leurs occupations.

Je trouve personnellement que cette pratique permet plus de flexibilité sur les horaires et de se mettre à l’aise plus rapidement. Car on est chez soi ou dans une pièce que l’on connait bien.

De plus, il n’y a pas à chercher une place de parking pour se garer devant le cabinet du praticien, ni même de prendre des RDV sur ces heures de travail ou autre.

Avec le confinement dû au COVID19, de plus en plus de RDV se font en visio comme la consultation d’un orthodontiste pour un enfant d’une dizaine d’années. 

Je conseille à tout le monde de l’essayer au moins 1 fois (aucun regret) et de construire son opinion avec sa propre expérience.

JUDITH et MAXIME, Nouvelle-Calédonie

« Nous connaissons Sandrine depuis très longtemps et l’idée de savoir que nous pouvons toujours consulter à distance est très rassurant ; c’est une chance dont nous profitons dès que nous en avons besoin.

C’est une situation confortable qui nous permet de pouvoir l’appeler et prendre rendez-vous rapidement. 

La première fois, nous appréhendions l’idée d’être face à un écran. En fait, nous ne perdons rien de la proximité et de la spontanéité du moment. C’est comme si nous étions dans son cabinet avec la même intimité ; cet outil nous permet de garder notre psychothérapeute qui nous suit depuis longtemps. »